Aller directement au contenu principal

Menu principal du site :
Lundi 23 Octobre 2017

Orgue Silbermann

Orgue Silbermann Eglise protestante

L'Eglise actuelle a été construite en 1757 par les deux paroisses simultanées. Elle remplaçait un bâtiment plus petit qui datait de 1602. C'est un édifice assez vaste, pouvant accueillir près de 500 personnes. L'esthétique est très classique de la manière rurale du 18ème siècle : plafond plat, grandes verrières de verre blanc, petit clocheton en cuivre intégré dans la charpente. La décoration est très sobre et sans doute grâce à cela l'acoustique est de très belle facture. A signaler la chaire typiquement baroque et trois vitraux contemporains qui ont été percés en 1974 pour illuminer le chœur. Les protestants sont restés seuls utilisateurs des lieux après la construction de sa propre église par la paroisse catholique en 1942.

L'orgue de Wasselonne est le 10ème de Jean-André Silbermann. Il fut construit en 1745 pour l'église des Dominicains de Guebwiller (Ht-Rhin).  Il reprenait le modèle de l'instrument construit par André pour les Dominicains de Colmar avec pour seule différence une Flûte 4 en plus au positif. C'est pendant la Révolution qu'il fut acheté par la commune de Wasselonne.

Profitant du séquestre des biens d'église le conseil municipal se mit en quête d'un instrument plus important que celui dont disposait alors l'église simultanée.  Le projet n'était pas simple : la hauteur sous plafond n'excède pas 7,89 m. Le choix de l'orgue de Guebwiller imposa le sacrifice du diadème de la tourelle centrale. L'installation à Wasselonne eut lieu entre le 29 mai et le 9 septembre 1792. L'orgue a ainsi l'originalité d'être plus âgé que l'édifice qui l'abrite.

L'esthétique d'origine fut remaniée à 3 reprises par Stiehr (1849), Wetzel (1894), et Muhleisen (1942) ; néanmoins, 71 % de la tuyauterie, les sommiers et les buffets témoignaient encore en 1990 des qualités «silbermaniennes» et ont justifié un projet de restauration. Le classement de l'orgue en tant que « Monument Historique » en 1972 a facilité le financement de l'opération qui démontre l'excellence de la facture française contemporaine, principalement alsacienne : sous la direction de Marc Schæfer, Gaston Kern de Hattmatt a réalisé en 1992 une véritable reconstitution  : rallongement des tuyaux pour retrouver le diapason d'origine (si3 à 440Hz), reconstruction à l'identique des claviers et de la transmission de pédale, restauration "ébénistique" des buffets, réalisation des jeux disparus en fac-simile de jeux Silbermann. Ainsi le Prestant 4 de pédale est basé sur les tailles d'Arlesheim (Bâle) et la Bombarde est copiée sur celle de Marmoutier. Signalons l'intéressante option d'avoir conservé le soufflet à plis parallèles de Stiehr, construit lors des travaux de 1849, avec son système de pompage à pieds. Avec les 3 soufflets cunéiformes  reconstruits par Jean-Christian Guerrier en 2011, connectés sur la soufflerie électrique mais dotés de leur traction manuelle à corde, ce sont donc "4 vents" qu'on peut découvrir sur cet instrument...

Informations complémentaires.

Document établi par Monsieur Jean-Philippe GRILLE, source Guide “Orgues Silbermann d’Alsace et d’ailleurs”, ouvrage collectif.